Départ de la vice-présidente aux conditions de travail

Julie Lacombe, qui occupait le poste jusqu’au 22 janvier, s’est prévalue d’un congé sans solde d’une année pour tenter sa chance sous d’autres cieux, en l’occurrence au cégep Ste-Foy. Suite à son départ, des élections ont eu lieu le jeudi 21 janvier dernier. Chantal Cormier a été élue en remplacement et partagera son poste avec Jean Bélanger et Alain Michaud.

L’exécutif syndical remercie chaleureusement Julie et lui souhaite bonne chance dans ses nouvelles fonctions.

 

Vote des ententes de principe (table centrale et table sectorielle) par le corps professoral des collèges d’ici le 5 février prochain

Deux conditions doivent être remplies pour que les ententes de principe soient accueillies favorablement. On parle de double majorité :

  • On doit obtenir la majorité simple dans les assemblées générales;
  • La majorité (simple) des cégeps doit également voter en faveur de ces ententes.

Pour connaître les résultats, cliquez ici.

Les textes accompagnant le nouveau contrat de travail ne seront disponibles qu’au mois de mai, si tout se déroule comme prévu.

3e rapport du comité de la table sectorielle

Vous trouverez, en suivant le lien ci-dessous, le troisième rapport du comité de la table sectorielle:
2015-03-24 rapport de table no 3

Convoqué par un représentant de la direction? Contactez-nous!

Chers membres,

Quelques événements récents nous amènent à vous inviter à nous demander un accompagnement syndical dès qu’un représentant de la direction vous convoque.

Il est plus efficace pour nous d’être mis au courant des situations litigieuses dès les premières interventions.

Le cas échéant, nous pourrons ainsi mieux vous accompagner dans le processus.

Cordialement,

Votre comité exécutif.

Rappel: St. Lawrence demande son indépendance

logo_st_lawrence_web_0

Dans le dernier Info-Express, nous vous apprenions que le cégep St-Lawrence souhaitait devenir une institution autonome. Pour ce faire, notre collaboration est sollicitée. Vous êtes donc invité à signer la pétition en ligne sur le site de l’assnat.qc.ca.

C’est un geste simple qui ne vous demandera que très peu de temps. S’il vous plaît, participez à l’amélioration de l’environnement dans lequel évoluent vos pairs.

Veuillez cliquez ici pour accéder à la pétition en ligne.

Appel à la grève sociale

logo_complet

Les membres du Syndicat du personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke ont voté en faveur de leur participation à une grève sociale le 1er mai prochain. D’autres syndicats membres de la FNEEQ, dont Ahuntsic et Lionel-Groulx, ont prévu se prononcer sur le sujet très prochainement. Précisons que la décision de procéder ou non une telle action appartient à chaque syndicat et ce de façon autonome.

Voici la communication du SPECS-CSN à ce sujet, transmise le 11 mars 2015.

Le 24 février dernier, les membres du Syndicat du personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke (SPECS-CSN) se sont donné un mandat de grève sociale pour le 1er mai 2015. Le débrayage est conditionnel à ce qu’au moins 10 syndicats du regroupement cégep de la FNEEQ ou 10 syndicats affiliés au Conseil central de l’Estrie s’engagent à faire de même. C’est donc dans l’espoir que vous vous joindrez aux membres du SPECS-CSN que nous vous contactons aujourd’hui.

On observe depuis plusieurs années déjà le démantèlement progressif et systématique des services publics québécois. L’arrivée du gouvernement Couillard et l’instauration d’un régime d’austérité marquent toutefois l’accélération du processus de destruction. Éducation, santé, environnement, solidarité sociale, condition féminine, retraite : tout y passe! Ce sont les acquis de 50 ans de luttes sociales, syndicales et politiques que Couillard, Coiteux et tous les autres sacrifient sur l’autel du déficit zéro. C’est toute la population qui en paye le prix, particulièrement les femmes et les plus démunis.

Pour nous, employé-es du secteur public québécois, l’austérité est au cœur de la négociation de notre prochaine convention collective. Le gel salarial pendant deux ans et les maigres 3 % d’augmentation qu’on nous annonce pour les trois années suivantes contribueraient non seulement à accroitre l’écart salarial entre les travailleuses et les travailleurs de l’État et celles et ceux du secteur privé, mais ils entraineraient une diminution marquée de notre pouvoir d’achat. L’austérité, pour les 541 000 salarié-es œuvrant au sein du secteur public, c’est donc rien de moins qu’un appauvrissement.

Or, face à un gouvernement insensible aux arguments et même prêt à recourir aux mensonges pour arriver à ses fins, les membres du SPECS-CSN en sont venus à la conclusion qu’il était nécessaire d’adopter une stratégie offensive. Pour ce faire, ils ont choisi de suivre le mouvement vers la grève sociale qui se développe actuellement dans les réseaux citoyens et communautaires.

Au Québec, le recours à la grève s’inscrit habituellement dans le processus de négociation des conditions de travail. La grève sociale, quant à elle, se veut un mouvement de contestation plus large qui réunit des acteurs de différents horizons autour d’une cause commune. Ici, c’est la lutte à l’austérité, la défense des services publics et la protection du filet social qui fédèrent les groupes. De fait, plusieurs groupes de la société civile ont déjà des mandats de grève sociale pour le 1er mai 2015. Les membres du SPECS-CSN croient qu’il est impératif que les syndicats emboitent le pas afin que le mouvement soit le plus inclusif et le plus large possible.

Il faut savoir que la grève sociale n’est pas légalement reconnue par le Code du travail. Il est donc possible qu’elle soit déclarée illégale par les autorités. Il s’agit toutefois d’une démarche entièrement légitime, étant donné la menace sans précédent à laquelle nous faisons face. Des jugements récents de la Cour suprême du Canada ainsi que des avis juridiques nous permettent même de croire qu’interdire le recours à la grève sociale constitue une limite excessive au droit d’association et d’expression. De plus, la CSN s’engage à appuyer légalement et financièrement les syndicats qui débrayent et qui se sont dotés d’un mandat de grève sociale dans le respect des règles du fonds de défense professionnelle.

Les membres du SPECS-CSN espèrent que vous vous joindrez à eux dans cette prochaine étape de la lutte à l’austérité.

Solidarité,

L’exécutif du SPECS-CSN :

  • Steve Mckay, président
  • Julie Dionne, vice-présidente aux affaires pédagogique
  • Catherine Ladouceur, vice-présidente à l’information et à la mobilisation
  • Claude Tétreault, vice-président aux relations de travail
  • Sarah Perrien, secrétaire
  • Mickael Labarre, trésorier
  • Dominique Dubuc, conseillère

 

Augmentation salariale de 1% le 31 mars prochain

570869_55392361

Conformément à ce qui a été convenu en 2010 lors de la signature de notre contrat de travail et en application de clause 6-4.07 de ce contrat, nous aurons droit à une augmentation salariale de 1 % le 31 mars. Cette augmentation constitue en fait un ajustement salarial prévue sur la base de la variation cumulative de l’indice des prix à la consommation pour les années 2010-2011, 2011-2012, 2012-2013, 2013-2014 et 2014-2015 de même que de la croissance du PIB nominal. Il faut toutefois savoir que nous avons perdu près de 3% de notre pouvoir d’achat entre 2010 et 2014.

Des profs des cégeps de Saint-Foy, Garneau et Limoilou rendent visite au ministre Bolduc

Une trentaine de personnes issues du milieu de l’éducation se sont réunies vers 16 h 30, le 23 février dernier, devant le bureau de circonscription du ministre sur l’avenue Belvédère.

Les manifestants dénoncent les compressions imposées en éducation. Les conséquences pour les services aux élèves se font notamment sentir dans les cégeps, souligne Nadine Bédard-St-Pierre, présidente du Syndicat des enseignants du Cégep de Sainte-Foy.

Le SEECL a pris part à cette manifestation et a déposé une lettre à l’intention du ministre.

Vous pouvez prendre connaissance de cette lettre en cliquant sur le lien ci-dessous.

Lettre du SEECL au Ministre Yves Bolduc – 23 février 2015

À lire également: Article paru sur le site de Ici Radio-Canada le 23 février 2015: Les bureaux du ministre Bolduc ciblés par les manifestants

26 mars: Marche funèbre pour nos programmes sociaux

CSN2

Dans le cadre du plan d’action de la CSN contre l’austérité du gouvernement Couillard, nous souhaitons vous transmettre des informations avec des dates importantes.

Le budget du Québec sera déposé le 26 mars. D’autres compressions budgétaires sont prévues ainsi, qu’encore une fois, un alourdissement du fardeau fiscal pour la classe moyenne et une poursuite de l’affaiblissement de nos services publics. Le conseil central souhaite mettre l’emphase sur cette journée noire pour notre collectivité et sollicite votre participation à une action pour le 26.

Nous vous donnons donc rendez-vous à la CSN le 26 mars à 10h 30.

Nous allons entreprendre une marche funéraire afin d’enterrer nos programmes sociaux et nos services publics en cette journée noire. Nous vous encourageons à vous vêtir de noir si possible. Pour l’occasion, des pleureuses italiennes, cercueil, pierres tombales et finalement les dernières obsèques devant l’Assemblée nationale par un saint serviteur.

Nous vous demandons de nous confirmer votre présence:

– Par courriel au seecl@cegeplimoilou.ca;
– Par téléphone au 418-647-6600 poste 6822, ou
– En personne à nos bureaux.

***********

Prenez note également qu’une action de taille est prévue pour le 1er avril, « Non, ce n’est pas un poisson d’avril ».

C’est le 1er avril que plusieurs décisions, annoncées l’an passé par le gouvernement Couillard, prendront effet. Pensons à la réforme administrative dans le réseau de la santé et des services sociaux, la modulation des frais de garde, l’augmentation des frais de l’hydroélectricité. Nous ne devons laisser passer cette journée sous silence. Plusieurs personnes sont requises pour la réussite de l’action à partir de 13h à la CSN. Vous devez aussi nous confirmer votre participation.

C’est donc un rendez-vous également le 1er avril 2015, à 13h, à la CSN. 

La négo débute… lentement

Sans titre

« L’attitude des représentants du CPNC à la Table laisse croire aux membres du comité de négociation qu’ils n’ont, pour l’instant, pas de mandat clair pour s’entendre avec nous sur aucun sujet ».

Voici ce qu’on a pu lire dans l’Info-négo numéro 3 de la FNEEQ publié le 9 mars dernier.

Conséquemment, l’Alliance des syndicats des professeures et des professeurs de cégep (ASPPC), qui réunit les syndicats de la FNEEQ et de la FEC,  s’est engagée dans une démarche visant à solliciter les directions de cégep pour qu’elles  exercent des pressions auprès du comité patronal de négociation du collégial (CPNC) afin  que ce dernier définisse ses mandats et s’engage dans un réel processus de négociation.  Ce lundi, une demande écrite a donc été déposée ce à ce propos auprès du directeur général par votre exécutif.  Toutes les directions de cégeps seront sollicitées par les syndicats locaux au cours de la semaine.

Nous vous invitons chaleureusement à lire ce document afin d’être aux faits du déroulement du processus de négociation entamé.

De plus, vous y apercevrez peut-être des visages familiers!

Bonne lecture!

À venir

Articles